World Volunteer Web Home  
Volunteerism worldwide: News, views & resources
  Home   About us   Contact us   Contribute   Search   Sitemap 
 
Les volontaires VNU améliorent la santé maternelle au Niger
05 March 2004
by Marlène Lays, Représentante de l’FNUAP au Niger

BONN: L’FNUAP est présent au Niger depuis plus de 20 ans. En cette année 2004, le Fonds des Nations Unies pour la Population vient de lancer son 6ème Programme d’assistance qui contribue à l’atteinte des objectifs du gouvernement en matière de réduction de la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des populations.

Concrètement, l’FNUAP apporte un appui technique et financier pour accroître l’accessibilité et l’utilisation des services de santé de la reproduction de qualité (y compris pour les jeunes et adolescents). Il participe à la prévention du sida ; notamment par l’approvisionnement en préservatifs. Il met en évidence les interrelations entre population et développement et contribue à la réduction des inégalités et iniquités entre hommes et femmes.

Depuis deux ans, 7 Volontaires des Nations Unies ont rejoint l’équipe de l’FNUAP au Niger. Toutes sont des femmes ; 6 Volontaires nationales travaillent sur le terrain en tant que sage-femmes tandis qu’une Volontaire internationale appuie le Bureau de Niamey en matière d’intégration du genre dans les politiques et programme de développement et d’élimination des fistules.

L’appel aux services des VNU sage-femmes s’est fait dans le cadre de l’approche novatrice de décentralisation de l’assistance de l’FNUAP sur le terrain (Agadez, Tchirozérine, Arlit, Bilma, Mirriah, Loga). Leur présence concrétise le rapprochement de l’assistance technique des populations. Les VNU assurent la supervision formative en santé de la reproduction et le suivi des activités des CSI ou cases de santé. Leurs sensibilisation sur l’importance d’accoucher avec l’assistance d’un personnel médical qualifié a porté ses fruits. Ainsi, de 2002 à 2003, le taux d’accouchement assisté a quasiment triplé dans le district sanitaire de Tchirozérine (de 10,53% à 31%) ; il a doublé dans les district d’Agadez commune et de Bilma (respectivement de 6,62% à 15% et de 19% à 42,64%). L’utilisation de méthode moderne de planification familiale s’est également accrue passant par exemple de 9, 46% à 30% à Tchirozérine. Les VNU couvrent des zones d’intervention souvent très vastes et enclavées. Il faut, par exemple, un jour et demi de route en véhicule 4x4 à travers le désert du Ténéré pour rejoindre le district de Bilma. Les VNU sont très appréciées par leurs collègues ainsi que par les communautés bénéficiaires. Par leurs compétences, leur motivation et leur résultats, les VNU sages-femmes jouent un rôle non négligeable dans les efforts pour une maternité à moindre risque au Niger.

Autre apport en matière de maternité à moindre risque, celui de la VNU internationale qui est intervenue sur la problématique spécifique des fistules obstétricales. La fistule est une déchirure de la vessie qui survient après un accouchement prolongé et sans assistance. C’est un mal handicapant (incontinence) et dégradant (rejet familial et social, pauvreté, mauvaises santé) ; pourtant c’est un mal qui se soigne par une opération chirurgicale simple et, dans la majorité des cas, se guérit complètement.
En écho à la campagne internationale menée par l’FNUAP dans le monde, la VNU a contribué à la mise en place d’un Réseau pour l’Eradication des Fistules et développé des activités qui s’inscriront bientôt dans une stratégie nationale de prévention, traitement et réinsertion des femmes victimes de la fistule obstétricale au Niger.
Parallèlement, la VNU appuie également le Gouvernement dans le développement d’une Initiative Genre qui renforce la prise en compte du genre, promeut l’égalité de droits entre hommes et femmes, lutte contre les discriminations fondée sur le sexe, valorise l’éducation des filles et encourage la participation politique des femmes au processus de décision. Dans ce cadre, et parce que l’approche genre se veut transversale, elle travaille quotidiennement avec 7 représentants des Ministères partenaires de l’Initiative.

L’engagement des volontaires et leurs expériences seront capitalisés par l’FNUAP dans les années à venir. Quatre VNU sages-femmes supplémentaires seront engagées en 2004 dans la région de Zinder. De même, un/e VNU international/e est attendu/e pour poursuivre, à plein temps, la lutte pour l’éradication des fistules amorcée par sa collègue.
L’investissement humain et l’approche participative du volontariat concordent tout à fait avec le plaidoyer de l’FNUAP pour placer le bien-être et l’autonomie des individus au centre des politiques et plans de développement. En effet, comme le prône la Conférence Internationale pour la Population et le Développement (CIPD, 1994) : « Chaque individu a le droit de décider librement du nombre de ses enfants et d’avoir l’information et les moyens pour le faire. Chaque individu a le droit à la santé en matière de reproduction et de sexualité. Aucune femme ne devrait mourir pendant l’accouchement ou souffrir de ces conséquences ».

Au Niger, comme dans 140 pays du monde, l’FNUAP et les VNU y travaillent.